Comment reconnaître un coach professionnel ?

Comment choisir un coach professionnel

Le coaching professionnel

La pratique du coaching n’est pas encore une activité réglementée, consciente des confusions que cela peut engendrer les trois principales fédérations de coaching œuvrent ensemble pour définir ce que doit être une démarche de coaching professionnel. Elles ont convenu d’un code de déontologie commun et de socles de compétences nécessaires pour permettre à prétendre au titre de coach professionnel.

Vous trouverez ces informations détaillées sur leur sites respectifs :

Emcc France

ICF

SFCoach

Points de vigilances

Voici un résumé de points de vigilances que vous devriez vérifier quand vous souhaitez faire appel à un coach professionnel.

Que cela soit pour le compte d’organisations ou de personnes privées, le coach professionnel se reconnait à sa formation, sa démarche, sa pratique, sa déontologie et sa posture.

Formation du coach professionnel

Le coach professionnel à suivi une formation spécifique de coach, les trois principales fédérations proposent des certifications ou accréditations pour permettre de prétendre au titre de coach professionnel, certaines universités commencent a délivrer des diplômes de coaching professionnel et l’organisme SYNTEC propose lui aussi  une certification SYNTEC coaching.

La formation doit être conséquente et spécifique au coaching pour le premier niveau de certifications ICF exigent au moins 60 heures de formations et 100h de pratique.

A titre d’exemple L’IAE Toulouse qui propose un Diplôme Universitaire de coaching professionnel a un volume d’enseignement et de pratique de 241h , hors travail en groupe de pairs, cas de coaching  et travail personnel pour le mémoire professionnel.

  • 156 heures de cours et ateliers
  • 1 heure d’accompagnement individualisé ;
  • 48 heures de supervision en groupe ;
  • 12 heures de didactique de la posture de coach
  • 24 heures pour l’évaluation de la posture de coach
  • Établissement d’un mémoire professionnel basé sur des cas de coaching et soutenance .
  • Travaux en groupe de pairs et études de cas

Code de déontologie

Le coach professionnel adhère à un code déontologie  explicitant entre autres :

L’obligation qu’il a d’être tenu au secret professionnel.

Le coach construira des accords clairs avec ses clients et honorera tous les accords pris dans le contexte de relations professionnelles de coaching et s’assurera son client comprend la nature du coaching, les accords financiers et les autres termes du contrat de coaching :

  • Établissement du contexte et des objectifs du coaching
  • Le code de déontologie
  • Les détails du coaching , durée, nombre de séances, lieu, honoraires…
  • Le droit et les modalités de rupture du contrat de coaching

Le fait qu’il doit respecter les limites de ces compétences professionnelle.

Le coach s’interdira d’exercer tout abus d’influence.

Vous trouverez ici le code de déontologie ICF auquel j’adhère en tant que membre.

Devoir de transparence 

Le coach professionnel doit pouvoir témoigner avec toute la transparence nécessaire

  • De sa pratique du coaching et d’une supervision régulière 
  • De sa pratique d’action de développement personnel et de travail sur soi
  • D’un engagement de développement professionnel permanent et de formation continue
  • De sa capacité d’expliciter sa pratique avec des références théoriques établies
  • De son approche bienveillante, centrée sur la personne, l’équipe ou le système humain accompagné
  • De sa volonté et capacité à accompagner son client vers ses objectifs, en autonomie et dans le respect de son libre-arbitre.

Compétences et postures du coach professionnel

Le coach professionnel devra travaillé sur ses compétences et sa posture dans le but de :

  • Bien établir les fondations de la relation de coaching (respect éthique et contrat de coaching)
  • Co-créer la relation de coaching avec le client dans la confiance, le respect , la spontanéité avec le client par une communication ouverte, souple et rassurante.
  • Communiquer avec efficacité en écoutant avec attention les dits comme les non-dits pour favoriser l’expression personnelle du client.
  • Poser des questions pertinentes qui permettent de révéler les informations nécessaires au bon déroulement du coaching et dans le sens des objectifs visés.
  • Pratiquer une communication directe et indirecte.
  • Apprendre à apprendre à réussir à son client en l’aidant à développer son autonomie et sa responsabilité

 

Partager ceci :

Laissez une réponse

19 − cinq =