Stress, burnout où en êtes vous ?

Qu'est-ce qui m'arrive burnout, stress

Qu’est-ce que le burnout

Le syndrome de Burnout appelé encore syndrome d’épuisement professionnel (SEP) est un terme générique qui désigné un état de fatigue émotionnel, mental et physique qui se caractérise par un manque de performance et de motivation après une longue période de surmenage ou de stress accumulé. Il peut avoir des effets très néfastes sur la santé et évoluer en dépression profonde et même mener au suicide.
Le Bureau international du travail rappelle dans une étude que dans le monde 2,2 millions de travailleurs meurent chaque année dans le cadre de leur travail, à la suite d’un accident ou d’une maladie professionnelle, soit 5 000 personnes par jour. En France, une étude de janvier 2014 sur la prévention des risques psycho-sociaux publiée par le cabinet de conseil Technologia indique que 3,2 millions d’actifs ont un risque élevé de faire un burnout, ce qui représente 12% de la population active de l’Hexagone.

Quel sont les symptômes du burnout

Le coach professionnel est particulièrement sensibles à ces symptômes mais différents facteurs doivent pouvoir vous alerter, que ce soit pour vous ou pour vos proches et collègues.

Des modifications comportementales

Un comportement qui change, comme l’apparition ou l’augmentation de la consommation de substances à forte dépendance (alcool, tabac, somnifère, drogue…), l’abandon des activités récréatives et de détente, le repli sur soi ou l’hyperactivité, l’impossibilité de se détacher de son travail le soir ou compensation compulsive (internet/télé).

Des modifications physiques

L’installation d’une fatigue chronique et qui ne disparait pas même après une période de repos ou de vacances et/ou d’apparition de troubles du sommeil (insomnies de milieu ou de fin de nuit, difficultés d’endormissement…) qui conduisent souvent à la prise de somnifères.
L’apparition de troubles physiques, céphalées à répétition, douleur dorsales, problèmes de tension, acouphènes, maladies somatiques, problèmes de digestion répétitifs et/ou perte de poids.

Des modifications psychiques et émotionnelles

Des troubles psychiques comme l’instabilité émotionnelle, l’irritabilité, l’agitation maladive, perte d’appétit, sentiment de vide, troubles anxieux, crises de panique, désespoir, dépression, perte d’identité, perte de sens profond.
Une prise de distance avec son activité professionnelle, démotivation, pensées noires récurrents sur celui-ci, cynisme, désengagement vis à vis des résultats, résignation, désir de changer d’activité à répétition non ponctuée d’effets.
La baisse des performances cognitives avec difficultés de concentration, dispersion, difficultés à prendre des décisions, doute sur soi et sensation d’incompétence, d’inutilité.

Si vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces symptômes, il devient urgent de consulter votre médecin traitant et de lui parler de vos soucis.

Les phases du burnout

La phase idéale

Au début tout va bien, la satisfaction professionnelle est au rendez-vous. Ceci se traduit par une implication forte, un engagement constant. L’attitude face aux aspects négatifs du travail est l’acceptation et la persévérance. Durant cette phase le salarié se sent justement récompensé pour les efforts qu’il met en œuvre.

La phase de surenchère

Le travail déborde de plus en plus de son cadre et rejailli sur la sphère personnelle, si la motivation et l’engament reste fort, le salarié abandonne petit à petit ses besoins personnels (sport, activités, détente, relations amicales). La charge de travail augmente de manière importante ce que ne manque de signaler l’entourage familial. Si des signes de fatigues se sont sentir, ils sont alors ignorés ou minimisés.

La phase d’acharnement

La phase de plaisir au travail est largement dépassée, l’anxiété grandit, le salarié commence à se plaindre, râler, il peut être vite rangé dans la case des ingérables, des jamais content. Des comportements agressifs peuvent apparaitre.

La phase d’effondrement

Cette dernière phase suit les phases précédentes qui ont pu durer des mois ou des années.
Elle se traduit par une rupture qui peut être soudaine et brutale, le salarié craque complétement. Les manifestations comportementales peuvent céder le pas à la violence physique ou à l’abattement le plus complet.
Cet effondrement touche toutes les sphères du salarié psychique, émotionnelle et physique. Ceci peut se traduire par une dépression majeure durant laquelle le risque de suicide est à considérer avec sérieux.

Quels en sont les causes

Les facteurs externes

Pour qu’il se produise, il faut que la personne soit immergée durant un temps important dans un contexte particulier. On retrouve des caractéristiques externes communes à la composition du paysage professionnel des gens qui ont été victime d’un burnout

  • Un manque d’autonomie ou d’autodétermination lors des missions confiées, de liberté ou de marge de manœuvre en regard des exigences, une faible mage décisionnelle sur des taches ou il est impliqué
  • Un manque de reconnaissance, de récompense ou une rémunération inadaptée ou une dévalorisation régulière des résultats obtenus ou du travail effectué
  • Une surcharge de travail, des ressources inadaptées ou en manque (moyen financier, personnels ou manque de compétences), une forte pression sur les délais, des tâches répétitives
  • Un manque de communication, d’objectifs, de coopération, la non définition des missions attendues, une ambiance de compétition permanente, manque de soutien des collègues ou de la hiérarchie, des différences de vision, de valeur ou de rôles
  • Des relations longues ou fréquentes avec une clientèle difficile ou exigeante, un environnement relationnel détestable ou avec violence verbale, critique et dénigrement

Les facteurs internes

Tout le monde ne réagit pas de la même manière vis à vis de de son implication au travail. Les travailleurs accros à la performance et aux résultats, souvent détectés comme de gros bosseurs, de futurs chefs à l’avenir prometteur sont de bons candidats au burnout, on retrouve souvent chez les personnes atteintes de burnout les caractéristiques suivantes (notamment durant la phase idéale).

  • Grandes attentes de reconnaissance professionnelle ou ambition démesurée, problème pour dire non, envie de satisfaire tout le monde en faisant passer les problèmes des autres avant les siens
  • Niveau d’exigence élevé vis à vis de soi-même ou des autres, peur de l’échec, perfectionniste ou utopisme
  • Manque de recul vis à vis de son travail ou identification excessive à celui-ci ou aux résultats, peur de l’échec, peur d’être rejeté ou pas accepté, manque de confiance envers les autres ou trop de confiance en soi
  • Une tendance habituelle à ne pas faire attention à ses besoins, à ne pas écouter sa fatigue ou les symptômes physiques d’alertes

Quand les facteurs internes et externes se cumulent, tout cela pendant un grand laps de temps qui peut durer des mois voir des années, le risque de burnout est très élevés, voire systématique.
En l’absence d’une prise de conscience et d’un traitement adapté l’issue n’est qu’une question de temps. Le coach professionnel, lors de ses interventions en entreprise, doit faire usage de son devoir d’alerte quand il est témoin de ce type de situations dont les conséquences peuvent être désastreuses.

Une spirale infernale

Forte pression et grandes exigences personnelles, environnement de travail toxique, tendances à ne pas écouter ses besoins, faible estime de soi et orientation de la mesure de sa valeur vis à vis des autres forment un cercle infernal.
Plus la personne se heurte à des difficultés, plus elle va douter de ses compétences et de sa valeur et redoubler d’efforts, les échecs vécus à vouloir réussir à tout prix malgré les facteurs externes et qui ne dépendent pas que d’elle, vont confirmer sa croyance en son inefficacité à résoudre les problèmes et faire encore baisser son estime de soi, la boucle est bouclée.

Comment en sortir

Être attentif aux signaux d’alertes, en effet, la prise de conscience est une étape obligée.
Apprendre à gérer son stress et son assertivité son des moyens utiles pour éviter de rentrer dans la spirale du burnout ou permettre d’en sortir.
Améliorer son estime de soi et travailler sur ses besoins est un travail de fond que l’on peut faire lors de formation ou d’un accompagnement individuel avec un coach professionnel, ils permettront d’éviter les rechutes ou les récidives.
Enfin, quand les dégâts sont là, la consultation de médecins spécialistes est souvent la seule issue dans un premier temps.

Une fois le pic passé, un accompagnement pour changer ses habitudes et ses comportements est souhaitable pour ne pas replonger.

N’hésitez pas à nous contacter.

Vous voulez savoir si vous êtes concernés ? passez le test  burnout CBI

burnout test CBI

Cet article vous a plu, partagez le !
  •  
    215
    Partages
  • 189
  •  
  •  
  • 26
  •  
  •  
  •  

Laissez une réponse

cinq × 4 =