Catégorie : L’agilité dans les organisations

Liberté et pouvoir en entreprise, les raisons du divorce

Les entreprises libérées et la concentration des pouvoirs ne font pas bon ménage. La volonté de structuration et d’orientation de la production dans une direction donnée a conduit les organisations au fil du temps à créer de plus en plus de postes de managers et à se structurer en unités et sous unités de plus en plus complexes et spécialisées. Dans l’entreprise libérée, les postes de managements traditionnels, dits intermédiaires, sont mis sur la sellette. Ce changement radical de fonctionnement et de structure peut être perçu de manière idéologique comme étant tout aussi arbitraire que le fait d’avoir décrété qu’il fallait des chefs. Regardons cela d'un peu plus près.

Manager toxique : 7 types passés au crible

De plus en plus d'études montrent que le stress au travail est l'ennemi professionnel N°1. Dans un contexte où tout se complexifie et où l'incertitude devient monnaie courante, il est aisé de concevoir que le stress soit de plus en plus ressenti par les salariés en entreprise ou dans les organisations. Marchés tendus, concurrence sauvage, moyens en baisse, consommation en berne sont autant d’exhausteurs de tensions. Le management, dans ses origines, se pose comme garant du cadre et ce, de manière à prévenir le chaos et rendre plus performante l'entreprise.

Gestion des tensions et entreprises 3.0

Quelles sont les conditions essentielles de succès des entreprises libérée ? Et si on parlait de la gestion des tensions. On compare souvent les entreprises libérées à des organismes vivants (organiques), adaptables, agiles et à même d’épouser la complexité. Si on reste sur l’analogie avec l’organisme vivant, pour comprendre en quoi la gestion des tensions est importante, il est intéressant de regarder la nature et le nombre des échanges d’informations qui se produisent dans l’entreprise.