Entreprises agiles ou libérées, les concepts majeurs

Entreprises agiles ou libérées, les concepts majeurs

L’entreprise doit faire face à un monde en profonde mutation et de nouveaux modes de management et d’organisation voient le jour, les entreprises agiles et les entreprises libérées en sont deux émanations.

Dans notre article sur les Echos : Entreprises libérées et agiles, révolution managériale ou évolution sociétale vous trouverez les raisons qui ont conduit à leur émergence. 

Ces entreprises agiles qui proposent des modes de gouvernances alternatifs s’appuient sur des concepts communs.

Les entreprises agiles ou libérées, comment ça marche ?

Pour faire face à la complexité croissante de notre monde et être capable de répondre à son besoin d’innovation permanent, il faut :

  • Être à l’écoute des signaux faibles 
  • Favoriser les échanges et les croisements
  • Permettre la prise d’initiative
  • Augmenter la création de valeur  

En réponse, les entreprises agiles, s’appuient sur quelques concepts fondateurs

C’est celui qui fait qui sait

La remise à plat des modèles hiérarchiques, ou plutôt leur transformation en réseau, permet de mettre en avant la compétence et, en la rapprochant de l’analyse de la demande, permet une meilleure compréhension et une meilleure adéquation besoin / résultats. Ceci permet aussi d’être au plus près des conséquences de ses actions et va donc de pair avec la notion de responsabilité. Cette proximité permet ainsi de faire émerger la conscience de nos actions et choix.

Passer de l’entreprise “comment” à l’entreprise “pourquoi” 

Remettre du sens, indiquer la vision pour permettre aux gens de se réaliser est source de motivation et d’engagement. Élaborer une vision et l’incarner, être transparent et modélisant sont les nouveaux défis de ces entreprises agiles.

La confiance comme fondement

Pour développer l’autonomie de réponse aux demandes complexes et nombreuses, seule la confiance fonctionne. Les équipes s’auto-contrôlent, s’auto-organisent et s’auto-dirigent.

Le plaisir comme source de motivation 

Difficile d’être motivé quand on fait des choses qui ne nous plaisent pas. Faire des choses que l’on aime et dont on connait la portée est bien plus efficace que toutes les carottes et bâtons envisageables pour créer motivation et engagement. D’ailleurs, un certain nombre de ces structures se répartissent les tâches sur la base du volontariat, acceptent même un engagement partiel et laissent leurs salariés respirer ailleurs pour une meilleur efficacité.

S’adapter plutôt que prévoir

Dans un monde où l’incertitude règne, il vaut mieux être capable de s’adapter facilement que d’essayer de prévoir. Et ces structures très organiques sont particulièrement douées pour cela.
Leur faible structuration et leur maillage redondant en compétences leur permet de s’adapter très vite aux évolutions des marchés.

Diminuer au maximum les contraintes internes pour focaliser son énergie sur les contraintes externes à l’entreprise

Le management est au service des employés qui sont eux-mêmes au service des clients pour créer de la valeur. On y voit fleurir le concept de « servant leader » qui est là pour graisser les rouages plutôt que de les alourdir.

Vivre pleinement autour d’un socle de valeurs 

Incarner ses valeurs au quotidien est un moyen bien plus efficace de développer le sentiment d’appartenance et de responsabilité que de les prôner. C’est pour cela que l’équité de traitement, la transparence ou le respect des individus sont si importantes dans ce type de structures. Celles-ci vont même jusqu’à supprimer tout signe ostentatoire de pourvoir (bureau, voiture de fonction…).

Adopter le principe de subsidiarité

Faire traiter les problèmes par la plus petite entité capable de les résoudre par elle-même. Cette structuration en sous entités agiles est aussi une façon très organique de répondre aux contraintes de l’environnement sans gaspiller de l’énergie. Ceci demande aussi plus de polyvalence et les politiques de développement interne des compétences deviennent un cheval de bataille. Le développement des compétences et connaissances de chacun bénéficie à tous et sert l’entreprise.

Venez comme vous êtes

La différence de chacun est la richesse de tous. L’intelligence collective ne peut produire de bons résultats que si chacun ne se conforme pas à un modèle unique de pensée. Ces entreprises l’ont bien comprit et se font l’ennemi du « tous dans le rang » au bénéfice de la capacité d’innovation.

Pour l’amour du client

En définitive, seul un haut degré d’empathie peut permettre de comprendre et de répondre aux besoins de clients de plus en plus exigeants. Et les entreprises agiles ne peuvent raisonnablement se développer sur le long terme que si elles apportent réellement de la valeur à leurs clients.

Créer de la valeur régulièrement 

De manière générale, dans les entreprises agiles ou libérées, il vaut mieux mettre en place une solution même imparfaite que pas de solution du tout. Produire régulièrement de la valeur par itérations successives en apprenant de ses erreurs est une bonne chose. L’erreur est même encouragée, certaines entreprises en ont même fait un outil d’innovation et essayent d’échouer le plus rapidement possible pour se confronter à la réalité et apprendre plus vite.   

Tous ces concepts ont pour objectifs de favoriser la liberté et la responsabilité, avec un objectif ; allier bien être et productivité. 

Tous à l’air idyllique alors pourquoi autant de méfiance. Sauter dans l’inconnu est générateur de stress et l’on préfère souvent ne rien tenter plutôt qu’échouer. 
Vous trouverez dans notre article sur les Echos, les principaux problèmes rencontrés dans les entreprises agiles et libérées et les pistes pour les prévenir :
Entreprise : sept conseils pour se « libérer » sereinement

Les nouvelles générations Y et Z ont des besoins différents et les entreprises agiles et libérées semblent plus en phase avec leurs attentes est-ce réellement le cas ?
Vous trouverez dans cet autre article sur les Echos, des informations complémentaires : Entreprises libérées ou agiles et génération y et z

 

Retour au dossier : Agilité dans les organisations

 

Cet article vous a plu, partagez le !
  •  
    215
    Partages
  • 146
  •  
  • 13
  • 56
  •  
  •  
  •  

Laissez une réponse

trois × cinq =