Manager toxique : 7 types passés au crible

Management toxique

Manager toxique et stress perçu

De plus en plus d’études montrent que le stress au travail est l’ennemi professionnel N°1. Dans un contexte où tout se complexifie et où l’incertitude devient monnaie courante, il est aisé de concevoir que le stress soit de plus en plus ressenti par les salariés en entreprise ou dans les organisations.
Marchés tendus, concurrence sauvage, moyens en baisse, consommation en berne sont autant d’exhausteurs de tensions. Le management, dans ses origines, se pose comme garant du cadre et ce,  de manière à prévenir le chaos et rendre plus performante l’entreprise.

Les stress coûte énormément cher à l’entreprise ; absences, démotivation, sous performance, maladies, baisse de la créativité et de la capacité à faire fasse aux difficultés… Le management peut aussi être en parti responsables du stress . Nous avons (presque) tous été confrontés à des managers « toxiques » qui amènent l’inverse de ce pour quoi ils sont censés être là. Loin des « servant leader » et mentors dont nous avons (presque) tous aussi connu l’existence, ils nuisent à la qualité de vie au travail et au final, à l’efficacité de l’entreprise elle même.

Dans la mesure où, il est souvent impossible de choisir son responsable, nous allons voir comment composer au mieux avec chacun de ces profils pour ramener la situation de travail vers la normalité et diminuer le stress perçu et son impact sur soi.

Analysons les différents types de profils de manager toxique

A un instant donné un manager toxique pourra incarner un de ces profils et passer dans une autre mode si le contexte évolue.
Un manager pourra aussi être dans un de ces profils parce que son propre manager est toxique, ou que l’organisation elle même l’est. On parlera alors de système de management toxique ou de culture de management toxique, mais regardons de plus près les différents types de manager toxique.

Le manager « passe-plat »

Absent, stressable, dans la hiérarchie des générateurs de stress, il est surement le moins toxique (quoi que…).

Lire la suite…

Le manager « beni oui-oui »

Comme son non l’indique,  il dit « oui » à tout et à tout le monde, ce qui peut créer des situations inextricables.

Lire la suite…

Le manager « parano »

Le manager parano, se méfie de tout et de tout le monde…

Lire la suite…

Le manager « soupe-au-lait »

Voici un manager qui n’a pas l’air de vous apprécier, on se demande même si il ne vous déteste pas, cela dit, vous le lui rendez bien. 

Lire la suite…

Le manager « bulldozer »

Idéaliste et intolérant, infatigable et épuisant … il est un OVNI pour beaucoup.

Lire la suite…

Le manager « Don Quichotte »

Hyper investi, il oscille entre peur et excitation

Lire la suite

Le manager « tyran »

Psychopathe, pervers narcissique, despote …. ce type de manager est affublé de tout un tas de noms d’oiseaux.

Lire la suite…

 

Ces modèles s’appuient sur l’analyse des motivations et comportement instinctifs du modèle de l’Approche Neurocognitive et Comportementale développée à l’INC par Jacques Fradin.

Heureusement il est possible de faire mieux, voir aussi le management empathique

Partager ceci :

Laissez une réponse

deux × deux =