Le manager Don Quichotte, un hyper investi

 Manager hyper investi

Le manager Don Quichotte, aime lutter contre les moulins à vent…

A quoi reconnait t-on le manager hyper investi ?

Le manager hyper investi se reconnait au fait que les projets dont il se saisit prennent rapidement une dimension dramatique. Les nouvelles activités sont envisagées sous un double spectre, une excitation qui frôle l’emballement accompagné d’une peur disproportionnée. Cette ambivalence est caractéristique du manager qui souffre d’hyper investissement et conduit bien souvent à un comportement en yo-yo, qui alterne entre un investissement disproportionné au regard des enjeux et un désengagement important quand le but pourrait être touché du doigt. Quand les affaires tournent mal, la réaction du manager hyper investi est très symptomatique,  le projet qui a échoué devient l’objet de tout les regrets et gare à ceux qui auront trempés dans cette funeste entreprise.

Cette boucle a tendance à se répéter de manière récurrente et les mêmes comportement entraînent les mêmes conséquences.

Pourquoi agit-il comme cela ?

Notre manager hyper investi se trompe de cible, il court après quelque chose qu’il ne peut s’accorder, il met dans la réussite de ses projets le moyen de se réaliser personnellement. 
Du coup, il transforme tout projet en moulin à vent, cette fois-ci, il jouera tout et il y arrivera… ou pas, d’ou ce double sentiment de peur et d’excitation entremêlées. L’objet réel de sa quête est inconnue, même pour lui, cela peut être lié à de la reconnaissance, de l’estime de soi ou une quelconque liberté qu’il ne peut plus s’accorder pour des raisons psychologique. 

Non seulement, il est souffrance mais sa quête est sans fin ou presque. La seule fin possible se retrouve sous la forme d’un abandon définitif du rêve que ces échecs répétés ont brisés.
Il n’est pas rare que cela entraîne de profondes dépressions, ou de grandes ruminations bruyantes dont il est difficile de se défaire. Ces personnes peuvent se retrouver en échec professionnel, se placarder elles mêmes et rester aigries. 

Quels effets sur les collaborateurs ?

Dés qu’un projet démarre le manager hyper investi en fait trop et en demande trop, les exigences vis à vis des ses collaborateurs pleuvent, mais comme la peur fait aussi parti de l’équation les moyens accordés ne sont pas en phase. Les demandes peuvent même être contradictoires. De plus, inutile d’espérer avoir grâce à ces yeux car le manager hyper investi n’est jamais content des résultats, rien n’est jamais assez bien pour lui. Il aura bien sûr besoin d’acolytes, à l’instar de Sancho Panza pour essayer d’atteindre son but caché. 

Pour les collaborateur qui épousent sa cause, c’est épuisant. La charge de travail n’est jamais suffisante, il change d’avis comme de chemise et de tout manière vous reproche tout les faux pas, sans ce rendre compte qu’il créé lui même les conditions de son propre échec. Un fois que le projet aura capoté, les acolytes qui l’on suivi devrons faire face à sa profonde déception et seront tenus pour responsables de ce fiasco. Il vous reprochera votre engagement, vos compétences… tout sera bon pour ne pas avoir à assumer sa par de responsabilité.

Au final, baisse de l’estime de soi et épuisement sont à prévoir. Le manager hyper investi pourra aussi entraîner dans sa chute les personnes qui se sont le plus impliquées et qui vivent l’échec du projet comme une remise en question personnelle ce qui peut engendrer des dépressions. 

Comment se comporter face au hyper investi ?

Le manager hyper-investi n’est pas conscient de son état, pour lui, c’est le projet sur lequel il est qui est à fort enjeux, inutile par conséquent d’essayer de le raisonner sous peine de passer pour quelqu’un de pas sérieux. Inutile également d’essayer de trouver après quoi il court, il ne le sait pas lui-même.

La seule chose à faire est de ne pas devenir l’objet de sa propre quête. Pour ce faire, il faut de manière bienveillante le repositionner sur les enjeux réels et objectiver ses demandes. En mettant en phase la demande, sans s’opposer, avec la réalité des ressources disponibles, sous forme de questions par exemple, on peut l’empêcher de faire de vous son porte étendard.   

Soyez toujours factuel et faite consigner par écrit les demandes et les moyens à mettre en oeuvre.

En étant ni un opposant, ni un allier systématique vous pourrez faire dégonfler ses exigences et le maintenir dans une position de frustration intermédiaire, l’objectif étant bien sûr d’éviter la phase d’échec et de punition des innocents. 

 

 Le manager bulldozerLe manager Tyran
Partager ceci :

Laissez une réponse

sept − 6 =