Le manager tyran, gros ego, faible empathie

Manager tyran

Psychopathe, pervers narcissique, despote …. ce type de manager est affublé de tout un tas de noms d’oiseaux.

A quoi reconnait t-on le manager tyran?

Il joue avec les sentiments de peur et de culpabilité et utilise le groupe pour parvenir à ses fins. Mieux vaut ne pas être victime de ses attaques, ridiculisation, attaques personnelles, dévalorisation, propos désobligeants, menaces déguisées ou non  sont un arsenal qu’il n’hésite pas à dégainer. Il dit oui à lui-même de manière inconditionnelle, seul ce qui le concerne l’intéresse. Il a des droits, les autres ont des devoirs envers lui et tout les moyens sont bons pour parvenir à les satisfaire. En groupe, le manager tyran peut vite se transformer en gorille à dos gris de 400kg et gare à celui qui s’oppose à lui, accusation à tord, mensonges, menaces sont autant de moyens qui seront utilisés pour ne pas perdre la face.

Pourquoi agit-il comme cela ?

Il existe, comme dans tout ces profils, des niveaux de gravité. De manière générale, ce type de profil souffre d’un surcroit d’égo et de confiance en lui dans le groupe. La gravité du profil s’accroit au fur et à mesure que son degré d’empathie diminue. A un degré élevé, le masque social tombe et il n’est plus possible de ne pas connaitre ses intentions et les moyens qu’il peut mettre en œuvre pour y parvenir. Il est a noté qu’il s’agit d’un mode de fonctionnement envahissant et inconscient, il est donc vain d’essayer de lutter (en conscience) contre ce genre de profil au risque de s’épuiser. De plus, c’est un mode stable qui est très difficile de faire évoluer n’espérer donc pas pouvoir raisonner ou faire changer un tyran.

La « peur existentielle » du tyran est de perdre sa position dominante, donc toute attitude qui pourrait engendrer chez lui cette crainte sera réprimée de manière disproportionnée.

Quels effets sur les collaborateurs ?

Il sont très néfastes,  dévalorisation permanente, climat de peur permanent ou de terreur. Être pris en grippe par le manager tyran n’est pas facile à vivre. Démotivation, mal être, angoisses et dévalorisation de soi sont le lot commun de ses subordonnés. 

Au niveaux élevés, on va retrouver les comportement suivants par ordre de gravité croissante :

  • Culpabilisation et manipulation des sentiments pour créer de l’emprise et de l’isolement
  • Ridiculisation en public, déstabilisation, moquerie
  • Acte violent envers objet pour inquiéter ou menace voilée ou non
  • Sadisme cruauté et plaisir à faire souffrir ou terroriser

Au final, dépression, burnout et troubles anxieux, suicides sont possibles, voir probable pour une partie au moins des subordonnés les plus fragiles. Pas de doute, on a à faire à la crème de la crème du manager toxique.

Comment se comporter face au manager tyran ?

Le mode de fonctionnement de ce type de manager est grandement inconscient et difficile à changer et occupe une grande part de son temps éveillé. Inutile d’espérer gagner « la lutte » sauf si vous êtes comme lui. Un seul moyen pour y échapper, se protéger de toutes les manières possibles. Inutile également, d’espérer l’émouvoir, il n’est donc pas souhaitable de dévoiler vos faiblesses, craintes, peurs, bien au contraire, toute faiblesse découverte à votre endroit sera utilisée si besoin. Les affrontements publiques sont une formidable occasion de prise de pouvoir pour le manager tyran. Dans ces cas là, il vaut mieux faire profile bas. Devant ces demandes injustifiée ou abusives, ne vous justifiez pas, ne cherchez pas de justifications de types valeurs ou sentiments. Maintenez seulement un « ce n’est pas possible » en version « disque rayé » d’un ton bienveillant ou tout du moins, sans montrer de signes de défiance.
Sur le long terme, privilégiez des modes d’échanges factuels et écrit. Accumulez vos preuves, cela pourra toujours servir pour permettre l’intervention d’un tiers en capacité d’intervenir.

Au quotidien, maintenez un mode de communication bienveillant et légèrement têtu, mais distant. Si votre manager développe se profil de manière très marqué et va loin dans les actes ou qu’ils sont cautionnés par la hiérarchie , fuyez !

Vous l’aurez compris, ce type de relation est néfaste et de manière générale, même si vous arrivez au quotidien à contenir votre manager tyran, l’option de se mettre le plus à l’écart possible de son influence est souhaitable sous peine de s’épuiser physiquement et/ou moralement.

Il est a noté que ce type de comportement est répréhensible en droit et que tout conseils externes par personne compétentes (IRP, avocats, médecin du travail…)  ou toutes mesures légales complémentaires légales visant à assurer la protection des individus est à envisager.

 Le Manager « Don Quichotte »Manager toxique : 7 types passés au crible
Cet article vous a plu, partagez le !
  •  
    179
    Partages
  • 88
  •  
  • 58
  • 33
  •  
  •  
  •  

Laissez une réponse

5 + sept =